SERGIO SPORT

La Chronique de Yves de Fréau : Le championnat classique, cette formule idéale qui revient

La pertinente remarque faite, au simple vu des calendriers des championnats nationaux de football des première et deuxième divisions du Togo, donne une certaine satisfaction aux amoureux et aux passionnés de cet art…

D’autant plus que c’est d’abord, des calendriers classiques qui naturellement font admettre que la pandémie, même si elle n’est pas totalement partie, se fragilise considérablement et permet quelques espoirs. Il se dit aussi que ces calendriers qui reviennent, apporteraient de nouveaux aménagements au niveau des prestations, des comportements et même des classements des clubs en lice. Que ce soit en D2 que dans l’élite. Laquelle, depuis quelques jours a changé de nom. Ne dites plus le championnat de D1 ! Dites plutôt D1 LONATO !

Mon Dieu, ça fait très longtemps qu’on en parlait. Et bien, depuis le temps du père. Et puis, on avait repris le disque lorsqu’un certain gardien de but international camerounais, en phase finale de la CAN 2002 l’avait proclamé. Le consultant, Joseph Antoine BELL disait que « Le Togo à ce que je sais, c’est un pays qui a du mal à financer son sport ». De 2002 à 2022, une vingtaine d’années est passée. Et comme le dit l’adage, il n’est jamais tard pour commencer quelque chose de bien. Comment donc, ne peut-on pas lier cette décision de la FTF à une correction des choses ? Plus on y pense, plus nos réflexions vont vers les nombreuses actions du ministre des sports et des loisirs, Lidi BESSI-KAMA. Aucune action politique du gouvernement togolais, ne pouvant être bénie, approuvée et impulsée par le chef de l’Etat.

La D1 LONATO, bénéfique à tous les acteurs

C’est si bénéfique et tellement prometteur pour le football togolais et ses clubs de l’élite que la LONATO suscite d’autres engagements qui ne peuvent que les faire progresser. D’abord, pour la saison qui démarre ce week-end avec un partenariat d’un puissant diffuseur nommé New World TV. Une chaîne TV avec laquelle, la FTF vient d’officialiser une signature de convention de la production et la diffusion des évènements liés à ce championnat de l’élite. Et plus encore, comme l’affirme le Colonel AKPOVY, patron de la FTF : « Ce partenariat est une occasion de valoriser nos meilleures compétitions qui rassemblent le public et consacre les récentes performances des clubs togolais dans les compétitions interclubs de la CAF ». C’est ainsi que tous les acteurs, arbitres, entraineurs, joueurs, dirigeants ou même supporters auront à tirer leur épingle du jeu… Et forcément, les clubs du Togo devenus bien ambitieux et forts, n’auront plus à courber prématurément l’échine face aux adversaires venant de l’extérieur. Ah le football togolais !

En ce moment en direct


Tellement de déceptions ces derniers temps face surtout, à la crise sanitaire qui a duré deux saisons. Où l’arbitrage national s’est grandement écorné. Et même si des clubs se sont fait renforcer, surtout à Kara, beaucoup de choses dans le secteur des sifflets devront être retouchées cette saison. Pour la refonte de notre football lui-même. Où, au-delà des rencontres internationales des préliminaires du premier tour réussi par les deux représentants du Togo, (ASKO et ASCK) en compétitions continentales observées et reçues en termes élogieux, très vite le retour à la fâcheuse habitude, a refait surface. Résultats : le champion et son dauphin sont revenus bredouilles d’Algérie de leurs expéditions communes. L’ASKO, reversée en Coupe de la CAF, s’en sort sur un aller à Kégué, et qui a déjà une idée du football tunisien qu’elle a dominé, à travers le Club Sfaxien 2-1, a du pain sur la planche…

Un championnat classique pouvant déterminer de solides représentants du Togo en compétitions extérieures

L’idée est que désormais, les représentants du Togo puissent acquérir de sérieux automatismes, avant d’entamer leurs différents déplacements à l’extérieur. Parce qu’en fait, une différence d’un but a été fatale à l’ASKO. Tandis que pour l’ASCK, elle a plié devant une différence de deux buts concédés à l’aller, au stade de Kégué en Coupe CAF. Dire que depuis trois années, ces deux clubs représentants du Togo en coupes continentales, sont les deux manitous locaux ! Sans aucun partage. Leur hégémonie sur le cuir rond national ne pouvant se transporter, une fois les pieds mis hors de nos frontières, une réelle refonte de ce football s’impose. Ce qui devrait commencer par ce championnat classique, et nous y voilà !

Sans perdre de vue le fait que le football, partout où il progresse, s’alimente de beaucoup d’argent . Alors, autant un championnat taillé à la bonne mesure-ci (classique) autant, il peut agir contre les parents pauvres de la FTF aussi. Personne ne doit oublier que dans ce pays, certains clubs sont éteints parce que leurs mécènes ne sont plus…ou ne sont plus à leur tête. C’est sans doute, une des raisons pour laquelle au ministère des sports et des loisirs, le championnat amateur devra faire place au professionnel très prochainement. Il y a dans tous les cas du renouveau. Et c’est tout à l’honneur de la FTF guidée par son président le Colonel Guy Kossi AKPOVY et l’ensemble de son bureau.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.