SERGIO SPORT

D2|Play-offs/J5| Match Ifodje Vs Etoile Filante : Le verdict final de la Commission de discipline

La Commission de discipline de la Fédération Togolaise de Football a rendu son verdict final, le 3 juin 2024, après les incidents survenus lors du match de la 5e journée des play-offs de la D2 nationale entre Ifodje d’Atakpamé et l’Etoile Filante de Lomé. Match disputé au stade municipal d’Atakpamé, le 4 mai 2024.

La Commission après réception du dossier rappelle les faits :

“Considérant que, selon les rapports concordants des officiels de match, ADIWOTSO Kossi Nutefé et AGBOYI Xonam épouse TOURE, successivement arbitre et commissaire du match IFODIE FC vs ETOILE FILANTE du 4 mai 2024 au stade municipal d’Atakpamé, la rencontre n’a pas pu se dérouler normalement iusqu’à son terme ; qu’elle a été marquée par des incidents, notamment des jets de pierres et des injures venant des supporters du club receveur (IFODIE FC) et même de son premier vice-président, TOYO Yao ; que l’ampleur de ces incidents a conduit à une fin prématurée de la rencontre ; Que tout a commencé à la dix neuvième minute de la rencontre lorsqu’un joueur du club visité a été blessé suite à un duel aérien ; que le staff d’IFODIE FC, contestant toutes les décisions des arbitres, est entré sur l’aire de jeu avec l’entraîneur HAMADOU Boukari en tête, ce qui a entraîné la réaction des supporters d’lFODlE par des cris de menace et des premiers jets de projectiles en direction de la pelouse ; qu’après un arrêt de 4 minutes suite à cet incident, le match a repris jusqu’à la 34ème minute, moment où un supporter d’IFODIE est entré pratiquènient sur la pelouse et a tenté d’agresser les arbitres ; ce dernier a été mâîtrisé par les forces de l’ordre ; que ce second incident a été amplifié par des jets de cailloux, pierres et sachets d’eau en direction des officiels de match, ce
qui a conduit à une nouvelle interruption de 3 minutes ; pendant cet arrêt,le premier arbitre assistant, M. OUROTOU Wassiou Tchamolla’ a été touché au bras droit par un caillou ; que la situation a été maîtrisée par les éléments de la sécurité sous le commandement de VIAGBO ;

Que cette ambiance délétère a persisté même après les 45 premières minutes, contraignant les arbitres à
rester sur place, regroupés
auprès du 4ème officiel ; qu; Ia situation s’est empirée avec des jets de sachets d’eau et de cailloux, moment où M. TOYO Yao a fait savoir au commissaire de match et aux arbitres qu’ils devaient aider IFODJE FC, gérer la rencontre en faveur d’IFOD)E car IFODJE jouait à domicile, et que s’ils refusaient de l’écouter et de faire ce qu’il leur demandait, lui, en tant que premier viceprésident d’IFODJE FC ei deuxième adjoint au maire de la ville d’Atakpamé demanderait à la population » de les « lyncher » ; qu’après cette déclaration, il a quittéies officiels de match; que par la suite, ayant obtenu des renforts de policiers et de gendarmes bien équipés, le commandant VIAGBO a réussi à organiser l’entrée des officiels dans les vestiaires ; qu’aux vestiaires, le sieur TOYO est venu les supplier de
reprendre la partie en présence du chef de la sécurité VIAGBO, qui les rassurait également en ce qui concerne leur sécurité ; Qu’après avoir décidé de reprendre le jeu àt un. fois sortis des vestiaires, les officiels ont de nouveau été la cible de jets de cailloux et de sachets d’eau malgré les dispositions sécuritaires prises, ce qui a conduit à la fin prématurée de la partie ;”

Le point sur la procédure LA PROCEDURE :

Considérant que, réunie en session plénière virtuelle Ie 16 mai 2024, la Commission a, après examen du dossier, statué sur sa recevabilité et décidé de poursuivre son instruction à travers une séance d’audition contradictoire des acteurs concernés et une analyse de pièces complémentaires, le 21 mai 2024 à 10 heures précises au siège de la FTF;

-KABO Onyannè, Secrétaire Générat d’IFODJE FC;

-TOYO Yao, Vice-président d’IFODJE FC ;

-WILSON BAHUN Tètè, Président de I’Etoile Filante ;

Considérant qu’à cette séance, Ies acteurs présents ont unanimement reconnu qu’il ÿ a eu des incidents graves lors du match en question ; que toutefois, si M. TOYO d’IFODJE FC a admis la présence de quelques
supporters indisciplinés et violents de son club, dont un certain T0RO qu’il a affirmé avoir identifié, il n’a pas reconnu l’accusation selon laquelle
il aurait menacé d’appeler sa population au lynchage des officiels de match si ces derniers n’aidaient pas son club, qui jouait à domicile, à gagner ou du moins s’ils ne se conformaient pas à ses directives ; qu’à la question de savoir quelle avait été son attitude lors des incidents, M. TOYO a affirmé qu’il avait appelé sa population, les supporters, au calme ; que cet appel au calme a été confirmé par M. WILSON-BAHUN Tètè de I’ETOILE FILANTE, qui a reconnu avoir vu M. TOYO agir positivement dans un premier temps, mais lors des échanges entre ce dernier et les officiels de match, où la situation s’est dégradée davantage, il n’était plus présent pour en juger ; que pour obtenir des éclaircissements supplémentaires, la Commission a décidé de convoquer une nouvelle plénière en présentiel, à laquelle tous les officiels de match, les responsables de clubs, de sécurité, ainsi que les supporters identifiés devaient comparaître ; qu’lFODfE FC, en particulier, a été appelé à comparaître impérativement avec ses supporters auteurs des comportements antisportifs ;

Ainsi,le 30 mai2024, à partir de 9heures,les personnes suivantes se sont
présentées à la FTF :

-KABO Onyannè, Secrétaire Générql d’lF)DJE FC ;

-HOMPOE Ablamvi, représentont de TOYO Yao ;

-AGBOYI Xonam épse TOURE, Commissaire de match;

-HAMADOU Boukari, entraîneur principal d’IFODJE FC ;

-WILSON-BAHUN Tètè, président du club ETOILE FILANTE ;

-ADIWOTSO Kossi Nutefé, arbitre du match;

-OUROTOU Wassiou Tchamolla, 1er arbitre assistant;

-AGBEDANOU Abra Sitsofe, 2è arbitre assistant ;

-AMENEMU Kokouvi lréné, 4e officiel ;

En ce moment en direct

Qu’à cette seconde séance, la surprise a été l’absence de M. TOYO Yao et même des supporteurs auteurs de troubles dont il a lui-même parlé ; Qu’il ressort de l’ensemble du dossier que :

Considérant qu’aux termes de l’article 53,3 des règlements dè compétition,

« le club visiié est tenu pour responsoble des incidents qui peuvent se produire dsns l’enceinte du stade du fait de l’attitude de ses ioueurs, éducateurs, dirigeants et des spectateurs ou de l’insufftsance de l’organisation.,, >>;
Considérant par ailleurs qu’aux termes de l’article !7 al. 1 et2 du code de discipline, relatif à I’ordre et à la sécurité lors des matchs, les clubs hôtes sont chargés du maintien de l’ordre et de la sécurité avant, pendant et après les matchs dans le stade et ses abords immédiats. IIs sont responsqbles des incidents de toute nature et peuvent faire l’obiet de mesures disciptinaires ainsi que se voir imposer des directives, à moins qu’ils ne puissent prouver qu’ils n’ont d’aucune manière été négligents dans l’organisation du match ;
Les clubs sont tenus responsables du comportement inapproprié de leurs supporters et peuvent faire l’ objet de mesures disciplinaires ainsi que se voir imposer des directives
même s’ils peuvent prouver l’absence de toute négligence dans l’organisation du match ;

Considérant qu’il n’est pas contesté, tel qu’il ressort des différents rapports des officiels et des débats contradictoires, qu’il y a eu des jets de cailloux, de sachets d’eau, et des propos injurieux provenant des officiels d’équipe et des spectateurs au stade municipal d’Atakpamé à l’endroit des officiels de match lors du match en cause ;
que lors de ces incidents, le premier arbitre assistant, M. OUROTOU Wassiou Tchamolla, a été touché au bras droit par un caillou et d’autres membres des officiels ont
également été légèrement blessés ;

Que curieusement, lors de l’instruction au fond du présent dossier, le club receveur n’a pas manifesté une volonté ferme de coopération pour permettre à la Commission d’identifier les supporters ayant commis les actes répréhensibles;

Qu’il ne fait aucun doute que ces comportements, qui enfreignent les dispositions réglementaires et disciplinaires, sont antisportifs et doivent être punis ;

SUR LE COMPORTEMENT DU COACH HAMADOU BOUKARI D,IFODJE :

Considérant que l’entraîneur HAMADOU Boukari d’lFODf E FC est entré sur l’aire de jeu à la 19ème minute sans autorisation de l’arbitie, qu’il accusait d’ailleurs de mal faire son travail ; que même interrogé à la séance en présentiel de la Commission le 30 mai 2024 sur cette action,le Sieur
HAMADOU Boukari n’a pas nié les faits ; croyant avoir bien agi, il a laissé entendre qu’il n’est pas seulement entraîneur mais également et avant tout secouriste, et qu’en voyant son joueur au sol après 19 minutes de jeu, il lui semblait normal de courir rapidement pour lui porter assistance, étant donné que l’arbitre tardait à prendre une décision ;

Considérant qu’en agissant comme il l’a fait lors du match IFODJE FC vs ETOILE FILANTE, le coach HAMADOU Boukari n’a pas respecté les lois du jeu et a violé les dispositions des articles L3 al.2 et 6 al.2 a) et b) du code de discipline, ce dernier punissant les auteurs de tels actes de suspension pour un nombre déterminé de matchs ou pour une période déterminée, àinsi que d’interdiction de vestiaires et/ou de banc de touche ;

SUR LE COMPORTEMENT DU VICE.PRESIDENT D’IFODJE FC. TOYO YAO

Considérant que le sieur TOYO Yao, qui a nié avoir appelé au lynchage des officiels et toute intimidation à leur égard lors du match en cause, n’a pas réussi à apporter la moindre preuve contraire ; qu’à la seconde session plénière tenue le 30 mai 2024, afin de mieux confronter les déclarations
des uns, et des autres, il a été absent alors que sa comparution personnelle était exigée ; qu’en plus des rapports des officiels, ces derniers ont réaffirmé unanimement, lors de cette séance, que Monsieur TOYO Yao les a bien intimidés et leur a dit qu’il allait appeler sa population à les lyncher s’ils ne respectaient pas les instructions qu’il donnait en tant que premier vice-président d’IFODJE FC et deuxième adjoint au maire de la ville d’Atakpamé; que par ailleurs, si les vidéos visionnées ne permettent pas réellement d’écôuter de manière limpide les propos du Sieur TOYO Yao, la Commission a pu voir les gesticulations inappropriées de ce dernier
devant les officiels de match ; Considérant que ces comportements sont antisportifs et tombent sous le coup de l’article 14 al.1 k) du code disciplinaire qui retient au moins dix (10) matchs ou une durée oppropriée pour une provocation ou intimidation d’un officiel de match :

Considérant qu’il est établi et non contesté que le match n’a’pas connu son
cours normal; émaillé d’incidents, il a pris fin prématurémènt après 45 minutes; Considérant qu’il est dans ce cas évident de considérer que la situation
d’insécurité qui prévalait permanemment avec des jets de projectiles n’ont pas permis au match de connaître un aboutissement conforme au fair-play et à la sportivité et tombe ainsi sous le coup de l’article 16 al.1 du code de discipline, article qui dispose notamment que si un match est imppartiellement disputé pour des raisons autres que la force maieure, << mais en raison du comportement d’une équipe ou d’un comportement dont l’association ou le club est responsable, l’association ou le club sera sanctionné(e) d’une amende d’au moins 250.000FCFA. Le match sera soit déclaré perdu par forfait soit rejoué >> ;

PAR CES MOTIFS, LA COMMISSION DECIDE :

  • De condamner IFODJE FC à payer une amende de Trois cent cinquante mille (350 000) FCFA pour infraction aux lois du jeu, défaillance sécuritaire. violation du principe de fair-play. conformément aux
    articles 53.3 des règlements de compétition, 741 al.7 et 4 des règlements généraux, 1,6 al.1 et al.2 du code disciplinaire, L7 al.1 et al, 2 du code disciplinaire;

-De prononcer le match perdu par forfait. 3 buts à zéro. à I’encontre d’IFODJE FC. conformément aux articles 16 al.1 du code disciplinaire, 79 al.1 des règlements de compétitions nationales de la FTF;

-De déclarer ETOILE FILANTE béneficiaire du gain du match, conformément aux articles t6 al.1 du code disciplinaire,Tg al,1 des règlements de compétitions nationales de la FTF;

-De condamner Monsieur HAMADOU Boukari, coach d’IFOD|E FC, à une suspension ferme de deux (2) matchs à compter de la présente décision, conformément aux articles 6 al.Z a et b) et 13 al.2 d) du code de discipline pour infractions aux lois du jeu ;

-De condamner Monsieur TOYO Yao, 1er vice-président d’IFODJE FC, à une suspensiôn ferme de douze (12) matchs “à compter de la notifïcation de la présente décision, pour infractions auxJois du jeu,
incorrection d’officiel d’équipe à I’endroit d’officiel de match conformément à l’article 74 al.I k) du code disciplinaire ;

-De prolonger les mesures provisoires en vigueur, suivant décision du 07 mai 2024 contraignant IF0DIE FC à yôuer ses prochains matchs datée à domicile à huit clos, jusqu’au 4 août 2024 et ce, conforment l’esprit de l’article 19 al.3 du code disciplinaire de la FTF; à la lettre et à

Pour finir , la Commission informe les parties “qu’elles disposent d’un délai de dix (10) jours à compter de l’entrée en vigueur de la présente décision et suivant les prescriptions de l’article 58 du code de discipline pour exercer leur recours auprès de la commission de recours.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Nous contacter d'abord au +228 90 01 44 20